Ce que tout enseignant doit savoir sur les droits d’auteur pour les cours en ligne

Facebook
Twitter
LinkedIn

Créer des modules d’enseignement en ligne prend énormément de temps. Beaucoup d’enseignants sont tentés par l’action rapide clic-droit-enregistrer-tel ou le populaire raccourci CTRL-C / CTRL-V pour copier et coller des informations.

Les enseignants qui utilisent aléatoirement et librement du contenu en ligne dans leurs cours, et qui piétinent souvent le droit d’auteur dans le processus, ont une excuse commune : « mais c’est dans un objectif noble. » Les administrateurs scolaires qui tentent de freiner cette pratique sont inversement perçus comme des pointilleux ou des rabatteurs.

Le maintien et la protection des droits des propriétaires de contenu sont, non seulement un principe important pour qu’Internet reste un lieu sûr et dynamique pour la création et le contenu original, mais aussi pour enseigner aux élèves l’importance de l’attribution. Une compétence qui devient plus importante à mesure qu’ils entrent à l’université, car le plagiat est susceptible de les faire renvoyer de l’université et affectera considérablement leur dossier académique.

Lorsqu’il s’agit d’établir si l’usage que vous comptez faire d’un matériel est  » équitable  » au sens du code du droit d’auteur, les enseignants sont obligés de se poser un certain nombre de questions.

 

Comment est-ce que j’utilise le matériel ?

La modification, l’interprétation ou l’ajustement du matériel est plus susceptible d’être considéré comme un usage loyal, que la copie mot à mot de vastes tracts. Par exemple, si vous avez trouvé une excellente infographie en ligne qui décrit parfaitement ce que vous enseignez, envisagez peut-être d’utiliser les concepts de l’infographie pour créer la vôtre, plutôt que de simplement copier et coller. 

 

S’agit-il d’un travail factuel ou créatif ? 

Un travail factuel a plus de chances d’être considéré comme un usage loyal, qu’un travail créatif. 

 

Mon utilisation limite-t-elle le bénéfice commercial pour l’auteur ? 

C’est particulièrement vrai pour le contenu éducatif créé par des professionnels qui dépendent de sa vente et de sa distribution pour gagner leur vie. Photocopier des chapitres entiers de manuels scolaires, plutôt que d’encourager vos élèves à acheter le livre, n’est clairement pas un usage loyal.

La règle de l’usage loyal donne aux enseignants un cadre raisonnable dans lequel ils peuvent décider s’ils doivent demander l’autorisation d’utiliser du matériel ou non. Il existe cependant d’autres options pour l’enseignant débrouillard, à la recherche d’un contenu qui suscite la réflexion.