Les praticiens du L&D doivent arrêter le snobisme

Facebook
Twitter
LinkedIn

Sur une échelle de 1 à 10, à quel point aimez-vous être informé que vous faites quelque chose de mal par un je-sais-tout prétentieux, narquois et arrogant ?

Il y a tellement de travail à faire lorsqu’il s’agit d’aider nos collègues et clients à améliorer leurs compétences en matière de présentation. Au cours des 15 dernières années où j’ai travaillé dans l’espace d’apprentissage et de développement, l’une des plus grandes leçons que j’ai apprises est que nous devons rencontrer les gens là où ils en sont.

Certaines personnes seront prêtes à se jeter à l’eau, en évaluant les besoins de leurs apprenants, en organisant leurs pensées avec un plan de présentation, puis en sélectionnant les supports visuels les plus appropriés, en pratiquant leur prestation et enfin en exécutant une expérience d’apprentissage incroyable.

Certains décideurs identifieront la technologie comme la meilleure solution pour offrir des expériences d’apprentissage différenciées et à la demande.

La plupart des personnes auront besoin d’un plan d’action pour la mise en place d’une expérience d’apprentissage.

La plupart des gens auront besoin d’être détendus dans ce processus. Voici une réflexion qui a été écrite l’année dernière par l’un de mes collègues qui a véritablement évolué de PME à présentateur engageant.

 

Comment faire ?

Je ne suis pas un gros utilisateur de Twitter, mais je suis plusieurs des « grands noms » du domaine de l’apprentissage et du développement. Cela me met toujours mal à l’aise lorsque je lis un tweet empreint de snobisme.

Pourquoi devons-nous être hargneux quand il s’agit d’essayer de décrire les motivations et l’état d’esprit des non-professionnels de l’apprentissage et du développement ? Ce message particulier a été tweeté lors d’une récente conférence du secteur de l’apprentissage en ligne. Le problème est que la question (pourquoi les gens veulent-ils une formation en classe ?) était posée à une salle de professionnels de l’apprentissage et du développement dont le gagne-pain tourne autour de la technologie et de l’apprentissage en ligne.

Si nous désirons une réponse sincère et sans méchanceté et un véritable aperçu de l’état d’esprit des personnes qui approuvent et programment réellement les formations en classe, alors nous ne devrions pas nous demander pourquoi les gens pourraient souhaiter des formations en classe. Nous devons passer du temps à demander et à comprendre les responsables hiérarchiques, les professionnels des RH et les cadres qui demandent des sessions de formation.